Soumise au directeur de mon mari Partie 1

Categories: Genel.

Ara 11, 2021 // By:analsex // No Comment

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Soumise au directeur de mon mari Partie 1Soumise au directeur de mon mari Partie 1Je m’appelle Sarah j’ai trente-huit ans je suis brune, un mètre soixante huit, pour cinquante-neuf kilos, je suis souriante de nature et toujours de bonne humeur, ma fille Jenny a dix-sept ans, elle est toujours au études et loge souvent chez ses copines, mon mari Charles travail dans l’événementiel, il est souvent en déplacement deux ou trois jours, des fois une semaine entière pour organiser des spectacles, dans toute les grandes villes de France, mais aussi à l’étranger, ses derniers temps il est tracassé par les résultats de la société, la concurrence est rude et ils perdent de plus en plus de marché, et son directeur à émis l’hypothèse d’une restructuration et son poste pourrait être menacé, notre train de vie est aisé, belle maison, belle voiture et des vacances de rêve tout ça pourrait disparaître.J’ai envie de l’aider mais je n’ai jamais travaillé, j’ai élevé ma fille est j’ai géré la maison et toute les charges avec le budget que mon mari me donnait et j’avais les moyens pour y arriver, mais tout allait changer, même les études de ma fille étaient menacées, plus moyen de lui payer ses cours bien chère, et la belle université s’éloigne petit à petit, lors de sont derniers déplacements, je prends mon courage à deux mains et j’appelle le directeur de mon mari, bien conscient que ça pourrait plus le nuire que l’aider, mais vu le risque de tout perdre, il le semble que c’est la meilleure chose à faire. Après avoir passé le barrage de sa secrétaire, je l’ai enfin en ligne.«bonjour je suis la femme de Charles»«oui faite vite je suis très occup黫j’aurais voulu discuter de l’emploi de mon mari»«oui ben ma décision est prise et c’est trop tard»«s’il vous plaît, laissez moi une chance de vous faire changer d’avis» «je ne vois pas comment »«on pourrait ce voir pour en discuter chez moi ou ailleurs» «chez vous ?»«oui mercredi pour souper ? » «d’accord pour mercredi, je viendrais à dix-neuf heures»«mercis monsieur» Je n’ai pas fini ma phrase qu’il a raccroché, ça me laisse deux jours pour réfléchir à un moyen pour lui faire changer d’avis et appart lui proposer mes service, je ne vois pas ce que je pourrais lui offrir d’autre, je fouille dans ma garde-robe pour trouver la tenue idéale, je n’ai pas grand-chose de sexy, je suis habituée à rester classique, j’opte pour ma jupe la plus courte et un chemisier que je n’attacherais que quelques boutons, mon soutien-gorge le plus transparent, le noir avec la dentelle et la culotte assortis, je suis très stressée car je n’ai jamais fait ça avant et cet homme est un directeur, il doit être habituer que tout le monde est à ses pied, et ça ne s’annonce pas facile pour moi. Le soir du mercredi arrive et mon stress monte en flèche et je sursaute quand la sonnerie retentit, c’est lui j’en suis sur, à la façon de sonner, en insistant comme si j’aurais du être devant la porte à l’attendre, quand j’ouvre la porte, il entre sans rien dire, et s’installe dans le divan, je m’attendais à ce que ce soit froid, mais avec mon stress, c’est pire encore, je m’assieds en face de lui en veillant à garder mes jambes un peu écartées pour qu’il voit ma culotte mais sans être provocante et pute, mon chemisier est bien ouvert comme je voulais et on voit bien la courbe de mes seins, si il ne comprend pas, c’est peine perdue, il prend la parole.«je ne sais pas ce que vous pourriez faire pour me faire changer d’avis» «je suis prête à faire tout ce que vous voulez»«vous comprenez que je ne vais pas me contenter d’une branlette ou une partie de jambes en l’air à la papy» «oui j’imagine que je vais devoir être innovante» «montré moi la marchandise» Il parle de moi comme si j’étais un morceau de viande ou un vulgaire objets qu’on achète, c’est très humiliant, mais je suis aller trop loin pour faire demi-tour et en plus ce serais très pénalisant pour mon mari c’est sur. «bon vous y aller, j’ai pas de temps à perdre» Je me lève et je déboutonne mon chemisier et le retire, je continue mon effeuillage et je descend la tirette de la jupe et la fait tomber à mes pieds, je suis en culotte et soutien-gorge devant le directeur de mon mari, je dois être rouge de honte, surtout quand il me demande de tout retirer, mes mains dans mon dos, je dégrafe mon soutien gorge, d’un geste féminin, je fais tomber mon soutien-gorge dans mes mains, mes seins balancent au rythme de mes mouvement, je prends les cotés de ma culotte et la descend, je lève une jambe puis l’autre pour retire ma culotte, je dépose le tout sur mon fauteuil.Je suis gêné et excité en même temps, je regarde ses yeux, il sont rivés sur ma chatte, ma petite toison de poil bien épilé en triangle et mes lèvres intimes bien marquées, mon clito dépasse à peine, il me fait tourner comme pour analyser la marchandise, cet homme est un goujats sans scrupules, il ne va pas hésiter à me faire faire tout les bassesses humiliantes.«bon c’est pas trop mal, mais il va m’en falloir beaucoup plus» «demandé moi ce que vous voulez»«vient me sucer» Je me met à genoux devant lui, je détache son pantalon et son sa bite, il a une petite bite toute flétrie cacher par son ventre, il est un peu bedonnant, il ne doit pas voir son sexe, je me penche pour le prendre en bouche, je n’ai jamais sucer un sexe, même pas celui de mon mari, je suis gauche et il me le fait remarquer, il appuie sur ma tête pour enfoncer sa queue dans ma bouche, c’est dégoûtant, sa queue à un goût de pisse et de sperme mélangé, enfin je suppose puisque je n’ai jamais goûter du sperme, ma tête monte et descend sur sa queue, je la sens grossir dans ma bouche, elle prend une taille raisonnable et j’ai de plus en plus de mal à la prendre entièrement en bouche, il soupire et gémit de plus en plus, il tient ma tête fermement et sa queue va de plus en plus vite dans ma bouche, il grogne et s’enfonce jusque dans ma gorge, je reçoit son sperme dans ma bouche, c’est dégueulasse, j’essaye de me retirer, mais il me force à rester sur sa queue jusqu’à ce que la dernière goutte de sperme soit sorti, il se lève et me dit.«bon on mange, akdeniz escort car je suis venu pour ça aussi» Il remonte son pantalon et se dirige vers la cuisine, j’essuie ma bouche avec ma main et je le suis, je voulais remettre mon chemisier et ma jupe pour manger, mais il exige que je reste nue, je fait le service, il mange et ça à l’air de lui goûter, je me met devant lui et il me dit que ma place c’est sous la table avec sa queue dans ma bouche, je suis gêné comme jamais, mais je ravale ma fierté et je passe sous la table je vais entre ses jambes et je sors son sexe, elle goûte encore plus le sperme et ma cyprine, je la prends en bouche et je lui fais une fellation, je deviens plus experte de minutes en minutes, mes lèvres glissent sur sa queue, elle prend vite de l’ampleur, il bande bien et sa queue est encore plus grande que toute à l’heure, il a terminer de manger.«je vais te mettre un petit coups avant le désert» Il me prend par le bras et m’emmène dans la chambre, il me fait mettre à quatre pattes, il vient devant moi et me met sa queue dans la bouche, il y va fort, ses coups de queue dans ma bouche sont bien plus vigoureux que la première fois, il s’enfonce dans ma bouche et son gland passe dans ma trachée, mon nez dans ses poils et ses couilles sur mon menton, il ne saurais pas aller plus loin, je pleure et les larmes coulent sur mes joues, il rit et passe derrière moi, je sens que je vais prendre et que je vais m’en souvenir, son gland dans l’entrée de mon vagin, il pousse et mes petites lèvres s’écartent pour laisser passer sa queue, je la sens glisser dans mon conduit vaginale et ses couilles butent sur mon clito, il me prend par les cheveux et tire dessus pour s’enfoncer en moi, sa queue me pénètre et à chaque fois, il tire sur mes cheveux, j’ai mal ma nuque tellement il tire sur mes cheveux, il grogne de plus en plus, ça signifie que mon calvaire est bientôt terminé, je suis comblée quand je sens son sperme chaud se rependre en moi, sa dernière humiliation, il me fait sucer sa queue dégoulinante de sperme, je passe ma langue consciencieusement autour de son gland pour récolter son sperme, sa queue est propre et ça ne lui suffit pas, il me fait mettre avec mes jambes écartées et plonge deux doigts en cuillère et retire son sperme de ma chatte et me les met en bouche, je lèche ses doigts et son foutre, il a l’air satisfait «c’est pas mal, mais ça ne va pas suffire, je veux encore t’utiliser jusqu’au week-end» «demain ma fille est la, ce n’est pas possible ici»«tu viendras au bureau, de dix-sept à dix-huit heures, je t’utiliserais et tu pourras prendre une douche dans ma salle de bain personnel» Il se rhabille et s’en va, je sais que si je veux que ça marche, je dois vraiment l’épater, le lendemain, je fais des achats en ville pour cette après-midi avec Gustave le directeur de mon mari, une robe noir bien décolletée et courte à souhait, les dessous que je vois dans les magasins sont trop sage, et je vais dans le quartier chaud, je passe devant les vitrines ou les prostituées travail et j’arrive au sex-shop, quand je rentre tout les yeux se braque sur moi, une bourgeoise dans un sex-shop c’est pas courant, le rayon lingerie est bien plus étoffé que dans les autres magasins et je trouve sans problème des dessous affriolants et un porte-jarretelles assorti, des bas sexy, en me rendant à la caisse pour payer, je passe devant le rayon des accessoires, un fouet et un gode attire mon attention, le vendeur m’offre un des deux en cadeau, je prends le fouet, je na sais pas pourquoi cet objet m’excite, je paye mes achats et je retourne à ma voiture, un salon d’esthétique fait des promotions sur un maquillage et je me dis que pour épater Gustave, il faut que j’y mette le paquet, je regarde dans le miroir les miracle de cette femme qui fait de mon visage une jeune femme, j’ai perdu dix ans en vingt minutes, je rentre enfin, Jenny est à la maison, elle me complimente pour mon maquillage et je lui donne l’adresse pour qu’elle y passe aussi, elle me promet d’y aller, elle est dans sa chambre, je lui ai dit que j’avais un rendez-vous avec le patron de Charles pour discuter de son emploi, elle me souhaite bonne change, elle sait l’importance que ça aura sur ses études et croise les doigts, je me prépare dans ma chambre et j’enfile mes dessous et ma robe, quand je me vois dans la glace, je ne me reconnais pas, j’ai vraiment l’air d’une salope qui va se faire baiser, une grande respiration pour enfiler mon manteau et je monte en voiture pour mon rendez-vous, j’arrive au bureau et la secrétaire Juliette vient me fait entrer, elle me dit que sont bureau est en face, elle me tient la porte pour me laisser entrer et la referme derrière moi.Je suis enfermé dans les bureaux avec le directeur de mon mari, je me dirige vers la lumière de son bureau, il est assis à son bureau et signe des documents, je frappe à la porte et il m’ordonne d’entrer, quand il daigne relever la tête pour me regarder, il ne me quitte plus des yeux. «c’est qu’elle c’est fait joli, pour moi» Il est content, je n’ai pas fait tout ça pour rien, il se lève et s’assied sur le coin de son bureau et baisse sa braguette, sa que encore molle pendant devant moi, les mot claque dans ma tête quand il m’ordonne de la sucer, j’avance vers lui et je suis accroupi entre ses cuisses, sa queue dans ma main, je caresse sa hampe et j’approche ma bouche et ma langue passe sur son gland, ses couille se crispe et sa queue grossit avec quelques coups de langue supplémentaire, elle est bien dure, sa main pousse sur ma tête et sa queue rentre dans ma bouche, sans se soucier de mon maquillage il me fait des gorge profonde, mes larmes coulent sur mes joue, il a très peu de sollicitude à mon égard, il me fait mettre sur le bureau, il écarte mes jambes, ses doigts sur mon string, il caresse ma chatte, je ne sais pas pourquoi mais je mouille abondamment, je suis excité comme une puce, quand il se met entre mes jambes, il écarte mon string et glisse son gland sur ma fente, il écarte mes petites lèvres avec son gland et l’enfonce juste à l’entrée mezitli escort de mon vagin, il le retire en remontant et le fait glisser sur mon clito, une giclée de cyprine gicle sur ses couilles. «alors ça t’excite de te faire baiser par un vieux» Cette fois il fait rentrer sa queue dans ma chatte, et me besogne allègrement, je suis prise par cet homme sans scrupule, il me baise un bon moment, il devient de plus en plus endurant, il fait sortir mes seins par mon décolleté, et tire mes tétons, je pointe comme une pucelle, il me baise encore un bon moment avant de se vider sur mon pubis et mon string, il frotte son gland et étale son sperme, sa main sur mon épaule pour me faire baisser, il me met sa queue pleine de foutre dans ma bouche et je lèche son sexe et le sperme qui à dessus, je termine mon office et Gustave me dit qu’il reste encore un jours pour m’utiliser. «au bureau c’est pas possible demain»«chez moi ma fille est là, c’est pas possible non plus»«à l’hôtel sur la grande place, je réserve une chambre pour la nuit» «la nuit mais Charles revient demain matin»«Non il revient seulement demain dans l’après-midi» «vous voulez que je reste tout la nuit avec vous ?»«oui» «d’accord, mais vous promettez de garder mon mari après ça !» «je te donnerais les conditions pour la suite, car si je garde ton mari, il me faudra des compensations» Mes efforts pour le séduire on réussi, je peux encore plaire après presque vingt ans de mariage et un enfant, plus qu’une nuit avec lui, mais je me doute qu’après il voudra toujours m’utiliser, je vais sauvez l’emploi de mon mari, le soir je me prépare, je refais le maquillage que l’esthéticienne avais fait le jour précédent, ma tenue est un peu moins provocante qu’hier, mais je met une robe de soirée et des bijoux, mes haut talon et ma veste en fourrures, je sors discrètement pour ne pas que Jenny me voit encore, elle va finir par ce poser des questions. La voiture du directeur m’attend devant la maison, je monte et il me conduit jusqu’à l’hôtel, je descend et à l’entrée, un employé me conduit à la table, Gustave à prévu un repas, tout est délicieux, pendant le dîner Gustave me donne les conditions de notre arrangement, j’allais travailler pour lui, je commence en bas de l’échelle, bien sûr, je passe dans son bureau quand il le souhaite et il peut me faire tout ce qu’il veut, j’ai quelques secondes pour accepter les conditions et je donne mon accord et réclame une augmentation pour mon mari, mon petit salaire de débutante et celui de mon mari, et son augmentation vont mettre du beurre dans nos épinards, et surtout préserver son emplois. Le repas est terminé, Gustave me fait monter dans sa chambre, il embrasse dans le cou, il fait tomber les brides de ma robe, et elle descend sur mes pieds, mes seins pointés sous mon soutien-gorge et ma chatte mouille dans mon string, j’ai mis mon porte-jarretelles et il fait son effet, je sens une bosse dans son pantalon, il caresse mes seins et ma chatte, ce gros porc m’excite, je ne me reconnais plus, je suis vraiment une salope maintenant, il dégrafe mon soutien-gorge et le pose sur le lit, il agrippe mes seins, il les pétrit et fait tourner mes tétons dans ses doigts, une chaleur monte en moi, je sens mon entre jambe s’humidifié, ma chatte est trempée, quand il enfonce ses doigts dedans, il rentre facilement dans mon vagin, il me branle la chatte et je jouit avec ses doigts en moi, il me fait mettre à nouveau à quatre pattes au bord du lit, il se met juste derrière moi, sa queue dur rentre dans mon vagin, ses mains sur mes hanches, il me tire vers lui pour s’enfoncer en moi, il va et vient en moi, il me baise en levrette, c’est très humiliant comme position, j’ai l’impression d’être une pute avec son client, je ferme les yeux et je pense à mon mari, je me dis que c’est lui qui me fait l’amour, ma chatte se mouille encore plus, je sens ma cyprine couler le long de mes cuisses, sa queue coulisse bien dans mon vagin, je jouit et mon orgasme me fait tremblé, Gustave la vu et ça l’excite car il croit que c’est lui qui me fait jouir comme une chienne, il saccade et il se crispe, ses doigts s’enfoncent dans ma chair, il éjacule dans mon vagin, son sperme chaud s’écoule en moi, ma chatte dégouline de son sperme, il tombe sur moi et reste sur moi, puis roule sur le coté, sa queue débande doucement, du sperme s’écoule de son méat, il est épuisé par les rapports qu’on vient d’avoir, il s’endort et je me met contre lui, ma tête sur son épaule, je m’endors aussi, au milieu de la nuit, il me réveille avec son doigt dans ma chatte, il fouille ma fente et sa langue tourne sur mon clito, après m’avoir bien réveillé, c’est à mon tour de m’occuper de lui, je prends sa queue déjà dresser dans ma bouche et je le suce, il reste plein de sperme séché, c’est vraiment dégueulasse, mais très vite elle devient dure, je monte sur lui et je met son gland devant l’entrée de mon vagin, je me laisse descendre et sa queue rentre dans mon vagin, je fais aller mon cul sur lui d’avant en arrière puis je fait tourner mon bassin sur lui, il ferme les yeux et saisit mes seins il les empoigne, il se crispe et se cambre, il jouit, et éjacule au fond de ma chatte.Je vais prendre une douche, il vient me rejoindre et sous la douche, il me lave partout, mes seins, ma chatte, je sens sa queue qui frotte contre ma cuisse, il me regarde dans les yeux puis regarde sa queue, je comprends qu’il veut encore que je le suce, je m’agenouille devant lui, sa queue devant ma bouche, j’ouvre mes lèvres sa queue rentre dans ma bouche, je pompe son gland, je n’en revient pas comment ce vieux peut bander autant, il est de nouveau en érection, il me retourne contre la parois de la douche et se met derrière moi, son sexe en érection glisse entre mes fesses et trouve l’entrée de mon vagin, il s’enfonce encore en moi, jamais je n’aurais penser qu’à son age, il ai encore autant de vigueur, ses coups de queue dans mon vagin ne faiblissent pas, je suis à nouveau en transe et un orgasme me submerge et je jouis et gémissant contre cette parois de douche et Gustave qui me besogne yenişehir escort vigoureusement.«j’ai pris du viagra tu l’as sens ma queue comme elle te fait du bien» Je dois reconnaître qu’il me baise comme un étalon, mon plaisir s’arrête quand il jouit dans mon vagin, son sperme coule le long de mes cuisses, je reste contre la parois quelques secondes pour récupérer de cet orgasme qui a été fulgurant, il sourit de cette dernière humiliation et retourne se coucher en vainqueur, je retourne au lit près de lui et je m’endort épuisé par tant de plaisir, le matin au réveil, il n’est plus la, un mot sur la table de nuit, il me remercie pour cette nuit et ce réjouit de recommencer bientôt et que j’aurai de ses nouvelle la semaine prochain. Je rentre à la maison, salie par les adultères répétitifs avec le directeur de mon mari, comment allais je me faire pardonner de ses écarts de conduite, le fait qu’il va garder son poste et son emplois est la meilleur récompense pour moi, quand j’arrive a la maison, Charles n’est pas encore rentré, Jenny est chez une copine, et je suis seule pour accueillir Charles et je me met en condition, je refais mon maquillage, mes cheveux bien coiffés et mon porte-jarretelles, mes dessous affriolants et ma robe moulante, et n’oublions pas le fouet, je suis dans la chambre à l’attendre impatiemment, quand j’entends sa clef tourner dans la serrure mon cœur est prêt à exploser, comment Charles va-t-il réagir en le voyant accoutré de la sorte, la porte se referme et ses valise tombe au sol, c’est le moment que je choisis pour faire mon entrée.Je suis dans l’ouverture de la porte, la main sur le chambranle de porte et le fouet dans l’autre, les jambes croisées l’une devant l’autre, Charles me regarde la bouche grande ouverte, je racle un peu ma gorge, et Charles me demande. «c’est pour quoi faire le fouet ?» «tu dois me punir, je n’ai pas été sage»Il s’approche de moi, son bras s’enroule autour de ma taille et il m’embrasse langoureusement, il prend le fouet dans sa main, il le fait glisser sur mes seins, mes tétons pointes immédiatement et je sens dans mon ventre une excitation que je ne peux refréner, nous marchons à reculons, il me fait tomber sur le lit, il se déshabille rapidement, puis baisse mon décolleté et sort un sein qu’il prend en bouche, il suce mon tétons et je pousse un cris de plaisir, il fait sortir mon deuxième sein, de ses deux mains, il les rapproche et passe sa langue sur mes tétons, un deuxième cris encore plus fort que le premier retentit dans la chambre, sa main se glisse sous le tissus de ma robe et remonte le long de ma cuisse pour s’arrêter sur ma fente, ses doigts se glissent sous le tissus de mon string et fouille dans mon vagin, je suis trempée, il se jette sur moi et m’embrasse tendrement sa langue rentre dans ma bouche, on reste à s’embraser plusieurs minutes, il m’a manqué, toute une semaine sans lui et en plus, je l’ai trompé, je lui dois tout pour me faire pardonner, il me retourne et descend la tirette de ma robe, il retire le tissus vers le bas, il le roule pour me la retirer, je me met à quatre pattes, le fouet glisse sur mon dos, je me cambre, il le fait claquer sur mes fesses, une légère marque rouge ressort sur ma peau blanche, un deuxième coups s’abats sur mon cul, et dans mon ventre, une chaleur monte, ma chatte mouille et ma cyprine coule sur mes cuisses, il se met devant moi, je ne l’ai jamais sucer, alors quand je prend sa queue en main pour la mettre dans ma bouche, il est surpris, mais ne dit pas un mot, il gémit quand mes lèvres coulisse sur sa queue déjà bien dur, il y prend goût et le fouet claque sur mes fesses à plusieurs reprises, chaque coups qu’il me met, fait monter en moi un plaisir immense, je malaxe ses couilles, il bande fort, sa queue rentre profond dans ma bouche, mais je ne me décourage pas, je le garde au fond de ma bouche et ma langue passe sur ses couilles. «arrête je vais jouir dans ta bouche»Il se retire et m’embrasse.«chérie tu m’as sucer ?» «oui j’ai envie de tout te donner»«tu t’y prend bien, mais ou as tu appris à faire ça ?» «j’ai regardé des pornos et j’ai sucer mon doigt !» Il me retourne et me couche sur le dos, mes jambes son écartées par ses mains sur mes chevilles, il se penche entre mes cuisses et sa langue remonte le long de ma fente, ses lèvres enserrent mon clito et je jouit dans un orgasme démentiel, ma chatte dégouline de cyprine, il lèche tout consciencieusement, il se régale de mon jus, je n’ai jamais autant jouit qu’avec la langue de mon mari, après m’avoir fait jouir avec sa langue, il met son gland sur mes petites lèvres, et le fait monter et descendre sur ma fente, pour s’imprégner de mon jus, il n’a qu’à se laisser aller en-avant sur moi, sa queue est rentré dans mon vagin sans problème, je suis tellement trempée, on dirait une fontaine, je sens le fouet glisser sur mon dos, et sa queue qui coulisse dans ma chatte, je jouis encore, je crie, je hurle de plaisir, qu’il me prenne plus fort, qu’il me baise comme une chienne, il prends mes cheveux et s’agrippe dessus pour s’enfoncer plus profond en moi, ses couilles butent sur mon clito, elle sont grosses et pleines de jus, j’ai vraiment envie qu’il jouisse dans ma bouche, il grogne et s’active dans mon vagin, je sens bien qu’il est au bord de la jouissance, et je bouge pour le faire sortir, il râle, mais quand je le prends dans ma bouche et que je pompe sa queue et que mes mains caressent ses couilles, je les sens se tendre dans mes mains, et le sperme passe dans son urètre, je l’ai senti avec ma langue, et j’enfonce sa queue au fond de ma gorge, son sperme chaud coule dans mon estomac, et dans mon vagin, j’ai des contractions, je jouis de recevoir son sperme dans ma bouche, mes lèvres serre son gland, ma langue s’affole sur son méat, et je reçoit quelques giclées supplémentaire dans ma bouche, Charles rugit comme un lion en éjaculant, ses mains s’agrippent sur ma tête pour garder sa queue dans ma bouche, je n’essaye même pas de la retire, j’attends impatiemment que la sourde se tarisse de foutre, il se penche pour m’embrasser, sa langur pénètre ma bouche, il me roule une pelle magistral dans un mélange de foutre et de cyprine, il me garde dans ses bras et me serre très fort «on fera toujours l’amour comme ça, promet le moi !» «oui mon amour»On s’endort épuisé par une nuit d’amour. A bientôt… si ça vous plaît ?

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

About analsex

Browse Archived Articles by analsex

Related

Sorry. There are no related articles at this time.

Leave a Comment

Your email address will not be published.

maltepe escort ankara escort sakarya escort sakarya escort atasehir escort aydınlı escort gaziantep escort pendik escort bahçeşehir escort kayseri escort izmir escort bayan maltepe escort izmir escortlar mersin escort mersinescort izmir escort escort malatya escort kayseri escort eryaman escort pendik escort tuzla escort kartal escort kurtköy çankaya escort maltepe escort izmir escort gaziantep escort maltepe escort pendik escort kadıköy escort ümraniye escort ankara escort beylikdüzü escort esenyurt escort ankara escort kocaeli esgort bursa escort sakarya escort