mamie et les blacks II

Categories: Genel.

Ara 14, 2020 // By:analsex // No Comment

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bbw

mamie et les blacks IIJe sentais progressivement monter en moi une agréable chaleur sous les coups de boutoir de Moussa, tout mon bas ventre me semblait en feu. Je cambrai mes fesses au maximum et commençait à gémir puis à haleter de plus en plus fort, il y avait tellement longtemps que je n’avais pas ressenti ça.-Putain elle va jouir avant moi cette grosse vache hurla Moussa.Mais je ne pouvais plus me retenir, j’eus un orgasme, le plus violent que j’aie connu jusque-là, je criai. Je sentis tout me corps se contracter violemment puis se relâcher. Moussa redoubla ses coups de bassin et finit par se décharger au fond de moi, je sentis son jus tiède m’envahir. Il poussa juste un grognement de satisfaction, il n’était pas du genre très expansif. Il resta en moi, son bassin collé à mes fesses, je sentis une seconde giclée sans même qu’il ait bougé. Nous restâmes dans cette position un long moment encore, haletant tous les deux. Puis il se retira, se positionna devant moi, la queue brandie :-Toilette intima t’il.Je léchai avec délice cette belle queue qui m’avait fait jouir, je commençais à adorer ça.Quand j’eus bien nettoyé son sexe toujours dur il prit la coupelle, la plaça sous mon vagin baveux et recueillit son sperme.Il la reposa devant moi :-Bois tout, mon jus de coco est précieux il ne faut rien gâcher.J’obéis avec plaisir et vidai la gamelle, j’avais vite appris à boire comme un a****l et le mélange de champagne et de sperme avait un goût délicieux.Content de lui il se rassit sur le canapé, tapa sur une cuisse d’Ousmane :-Men, avec moi elle a joui, pas avec toi tout à l’heure.-Attend ça viendra, tu verras comme elle jouira quand je lui inaugurerai le cul.-Pourquoi toi ? on n’a pas encore décidé qui serait le premier.-Tu oublies qu’on avait parié sur la route quand la pute s’est penchée, c’est bien moi qui ai vu sa culotte.-On avait pas dit ce qu’on pariait.-Ben voilà on en parle, son cul.-Ok c’est réglo, tu l’encules maintenant ?-Non beaucoup trop tôt, on a encore plein de choses à faire avec notre grosse pute, tu crois pas ?-Tout à fait.J’étais toujours dans ma posture grotesque devant eux et ils parlaient de moi comme si je n’étais pas là. Humiliant mais terriblement excitant, je commençai à réaliser que j’aimais ça ; être malmenée, insultée, utilisée par ces hommes me plaisait. Il m’était arrivé d’en rêver quand je me masturbais avec mes godes mais je n’aurais jamais imaginé que ce serait la réalité un jour. Et là c’était en train d’arriver. Je savais que je devrai me soumettre à toutes leurs exigences, quelles qu’elles soient. Je n’échapperais pas à la sodomie qui pourtant m’inspirait depuis toujours le dégout.Ousmane ordonna :-Vas laver ta moulasse grosse pute je vais te brouter.J’allai dans la salle de bain et me lavait le vagin avec la douchette et j’allai le rejoindre. Il s’était allongé sur le canapé et je dus le monter tête bêche. J’eus du mal à prendre son gros membre en entier dans ma bouche, lui commença à lécher mon sexe, c’était la première fois qu’on me faisait ça. Ce fut une vraie découverte, il était vraiment très expérimenté et m’amena vite à l’orgasme. Par la suite je devins une ardente adepte de la minette, que ce soit un homme ou une femme qui me pratique ; mais cela est une autre histoire… pour un peu plus tard.Je pompai Ousmane avec application jusqu’à ce qu’il se décharge dans ma bouche. J’avalai avec délice sa semence et comme pour Moussa je lui fis la toilette avec ma langue.La nuit était tombée depuis un moment déjà, nous avions beaucoup bu, copulé comme des bêtes. Les hommes, pardon, Mes hommes voulurent manger. Heureusement il me restait du poulet froid au frigo. Ils mangèrent de bon appétit, contents d’eux, ils avaient à leur disposition une femelle docile, servile à souhait.J’avais jeté tout amour propre aux orties, je savais qu’ils passeraient la nuit avec moi et que j’aurai à subir ce qui m’avait toujours fait horreur et qui était pour moi une pratique contre nature. Je n’avais plus le choix. En même temps je les avais sucés, m’étais laissé faire un cunnilingus et j’y avais pris du plaisir. Autant en prendre mon parti.Nous nous rendîmes dans la salle de bain et prîmes une douche, ensemble ; je les savonnai, ils en firent de même pour moi, puis, une fois secs je les conduisis dans ma chambre à coucher. Ils inspectèrent mon armoire et ma commode, ils choisirent ma nuisette la plus coquine, en voile rose pâle et un string assorti. Je les revêtis.Ousmane ouvrit le tiroir de ma table de chevet et s’exclama :-Oh la pute, t’as vu Mouss ? cette chienne a trois godes, elle fait la sainte nitouche mais se fourre des godes dans la chatte, y a même du gel, bon ça très bon pour lui bourrer le trou du cul.-Y a des capotes ?-Non, mais on l’a niquée sans capote tout à l’heure, on est clean et elle n’a pas baisé depuis des années alors on va continuer.C’était vrai, je n’y avais même pas pensé dans le feu de l’action et sous les effets de l’alcool.Ils s’allongèrent sur le lit. Je leur faisais face et me mis à me trémousser maladroitement, j’essayais d’onduler du bassin pour les exciter, casino şirketleri je devais être parfaitement ridicule mais cela leur fit de l’effet, leur sexe se raidit rapidement. Moussa me fit signe de venir sur lui, je ne fis pas prier et l’enfourchai. Il arracha mon string et me pénétra d’un coup, mon sexe était humide il n’eut pas besoin de me lubrifier. J’ondulais sur son bas ventre, montais et descendais sur un rythme rapide, il arracha ma nuisette arachnéenne et entreprit de malaxer mes seins à pleines mains. Pendant que son ami me besognait, Ousmane me caressait les fesses, je sentis un liquide froid couler dans ma raie, puis il se mit à titiller mon anus. Il m’intima l’ordre de ne plus bouger, c’est Moussa qui prit le relais en ondulant du bassin. Je sentis un doigt me pénétrer, il n’eut aucune difficulté pour entrer, il l’enfonçait puis le ressortait à moitié, ce n’était pas désagréable du tout, à ma grande surprise. Un deuxième doigt suivit, j’étais un peu moins à l’aise quand il fait des vas et viens, mais ça restait supportable. Moussa avait ralenti ses mouvements pour faciliter les manœuvres de son ami.Quand il introduisit son troisième doigt j’eus mal et poussai un cri. Cela ne le perturba pas, il força le passage tout en faisant couler du gel dans ma raie. Pendant plusieurs minutes il fit aller et venir ses doigts dans mon fondement. Moussa donna un grand coup de bassin, m’expulsant, Ousmane me saisit par les hanches me forçant à lui présenter mon fessier et me pénétrant immédiatement, prenant la place de son ami, il me baisa et se remit à me travailler l’anus avec deux doigts. Moussa avait croisé ses bras derrière mon dos, plaquant mes seins sur sa poitrine, je ne pouvais plus bouger.Soudain Ousmane sortit de mon sexe et me prit par l’anus, je hurlai de douleur quand son gros gland força l’entrée. Il s’immobilisa, laissant le temps à mes sphincters de se relâcher un peu. Mais la douleur avait été si vive que je me crispai et étais prise de panique.Je suppliai :-Pitié laissez moi j’ai trop mal, ça ne passera jamais je suis trop étroite.-Ta gueule grosse pute, ça passe toujours, laisse-toi faire.-Laisse-le faire, me souffla Moussa à l’oreille, détends-toi, la douleur va passer et après tu aimeras ça.Il m’embrassa tendrement, me caressant le dos, c’était le premier moment de tendresse depuis que j’étais à leur merci, tendresse toute relative mais qui me permit néanmoins de me relâcher un peu.Ousmane dut sentir que je me détendais, il s’enfonça doucement dans mon fondement. La douleur était moins vive maintenant. Pendant de longues minutes il me lima, entrant progressivement de plus en plus loin ; je sentis ses gros testicules buter contre mes fesses. Jamais je n’aurais cru que je pourrai absorber totalement sa grosse queue, et pourtant elle était bien en moi, dans sa totalité.Il finit par jouir, je sentis son jet au plus profond de moi, c’était tiède.Quand il se retira il dit :-Profite en Mouss, son trou est bien ouvert, ça rentrera comme dans du beurre.Puis s’adressant à moi :-Mon pote va te féconder à son tour, tu garderas notre jus dans ton gros cul, moi je vais me nettoyer la bite.Il quitta la chambre pour la salle de bain. Moussa me repoussa, se mit derrière moi et me prit d’un coup, j’étais encore lubrifiée par le sperme de son ami. Son sexe plus fin n’eut aucun mal pour entrer dans sa totalité. J’avais moins mal que lors de la première pénétration et sentis venir petit à petit une certaine excitation, mais la douleur persistante, même moins intense m’empêcha d’aller jusqu’à l’orgasme. Quand mon amant eut joui, il resta en moi, son bassin plaqué contre moi, il bandait toujours, il me fit allonger sur le coté et nous restâmes comme cela, lui en moi, immobiles. Je sentis au bout d’un moment qu’il débandait, la pression dans mon ventre diminuait, il me caressa doucement les seins, le ventre, le pubis. J’étais désormais totalement détendue, mon amant comblé soudé à moi. Ousmane revint et grogna :-T’es encore dans la pute ? Elle aime ça la grosse vache, bon moi je vais roupiller, embrasse ma bite grosse chienne, j’te niquerai de nouveau au réveil.Il s’allongea et nous tourna le dos. Moussa se leva, me prit par la main et m’entraina dans la salle de bain. Nous prîmes notre douche ensemble, nous frictionnant mutuellement. Il m’embrassa fougueusement puis, toujours sous le jet tiède de la douche il se plaqua derrière moi et me caressa de nouveau. Ses doigts courraient sur mon corps, me titillèrent le bout des seins, descendirent sur mon ventre, mon sexe, mes cuisses, mes fesses. C’était délicieusement doux après les pénétrations brutales que j’avais subies. Nous sortîmes de la douche. Après que nous nous fûmes séchés je lui avouai que je n’avais pas vraiment sommeil, il répondit que lui non plus. Je lui proposai un café, il accepta et nous retournâmes au salon. Il me demanda de remettre une culotte et un soutien gorge.Je filai à la cuisine mettre le café en route puis dans la chambre à coucher, je choisis un soutien-gorge rouge à dentelle noire, sa culotte assortie très minimaliste, casino firmalari la culotte ne couvrait que la moitié de mes fesses. J’enfilai des bas noirs à couture et mis un mignon porte-jarretelles blanc. Quand je revins au salon ainsi attifée et lui servis le café il émit un petit sifflement.-Bravo pour les bas, tu marques un point ma chérie.Ma chérie, ça me changeait un peu de « pute, salope ou chienne »-Ça te plait ? ça ne fait pas trop… ?-Trop pute ? ça fait carrément pute mais ça te va si bien, parce que tu as tellement envie de faire la pute, avoues.-Oui mais j’ai peur que ça aille trop loin, j’aimerais que ça reste un jeu, pas vraiment me prostituer et j’ai peur qu’avec vous deux…-Tu nous prends pour des voyous ? tu crois que si on était des voyous tu serais là à discuter tranquillement avec moi ? On t’aurait baisée puis attachée et vidé ta baraque. On est des libertins, tout simplement. Quand une occasion se présente on fonce, pour le plaisir, uniquement le plaisir. Je vais te dire, hier soir quand on s’est arrêtés au bord de la route, on avait aucune idée en tête, tu as été une opportunité, on ne cherchait pas particulièrement une nana à baiser. Au départ, en allant chez toi pour nous sécher Ousmane n’était pas très chaud, quand il t’avait vue il pensait que tu étais plus jeune, moi aussi d’ailleurs. On n’avait jamais baisé une femme de ton âge puis on s’est dit que ça pourrait-Et vous vous êtes bien amusés avec la vieille ?-Pas que nous tu ne crois pas ? c’est toi qui a pris l’initiative en me suçant, ne soit pas de mauvaise foi, tu as pris ton pied salope.Je fus bien obligée de reconnaitre que …Je me lovai contre lui sur le canapé, très vite son sexe reprit de la vigueur, je le caressai tendrement, lui avait glissé une main dans ma culotte.J’étais bien, j’avais envie que ce moment dure toujours, en tout cas le plus longtemps possible.Il m’interrogea sur ma vie, ma vie intime s’entend ; je lui confiai ma longue misère sexuelle.Je me livrai à cet homme que je ne connaissais pas quelques heures auparavant, mais bon, il m’avait prise par la bouche, le sexe et l’anus, en ce moment il avait deux doigts dans mon vagin et je caressais son sexe… L’heure n’était certainement pas aux cachotteries.Je lui demandai d’une petite voix si nous nous reverrions lui et moi, sans son ami qui était trop brutal à mon gout.Il me répondit assez sèchement :-Ous est mon ami d’enfance, on t’a connu ensemble et c’est lui qui t’as, disons inaugurée, il a autant de droits sur toi que moi.Autant de droits sur moi ! D’accord, j’étais devenue leur propriété !Il ajouta :-On lui demandera à son réveil, s’il est d’accord c’est ok pour moi. Mais il faut bien que tu comprennes que tu m’appartiendras, totalement, j’exige une obéissance absolue. La semaine tu seras libre mais le weekend tu seras à moi. Du samedi matin au dimanche soir tu seras ma chose, je t’utiliserai comme il me plaira. Je te baiserai mais je te ferai aussi baiser par d’autres personnes, hommes, couple ou femmes ; tu accepteras tout ce qu’on te demandera, d’accord ?-Euh oui, répondis-je après quelques secondes d’hésitation.-On en reparlera tout à l’heure, je veux l’avis de mon pote ; s’il n’est pas d’accord et que tu ne veux pas lui appartenir on en restera là. Je veux être réglo avec lui.Il était trois heures du matin, nous allâmes enfin nous coucher, Ousmane dormait profondément, j’étais entre eux deux, je tournais le dos à Moussa, il me pénétra une nouvelle fois, nous fîmes l’amour tout doucement, sans bruit, avant de nous endormir.Ce fut Ousmane qui me réveilla en me secouant, le jour était levé depuis un long moment déjà apparemment. -Hey la pute, j’ai faim prépare nous un bon ptit-dej, grosse feignasse.Je me levai, mon anus et mon fessier étaient douloureux et fonçai à la cuisine.Quand je revins avec un plateau déjeuner et après avoir revêtu une robe de chambre, Moussa était aussi réveillé, je les servis. Je leur annonçai que j’allais vite m’occuper de leurs vêtements. Je vidai le sèche- linge et passai un coup de fer à repasser sur leur tee shirt, je pliai soigneusement les pantalons et ramenai le tout dans la chambre.Moussa dit :-Ousmane est d’accord pour que tu sois ma propriété exclusive, mais il y a un prix à payer, il faut que tu rachètes ta liberté.Ma gorge était nouée, je demandai :-Quel est le prix ?-Il va te violer, par derrière, pendant l’heure qui vient tu seras totalement à lui, si tu es coopérative il te rendra ta liberté. -Tu resteras avec moi ?-Non c’est une affaire entre lui et toi, je vais faire un tour, je reviens dans une heure.Il sortit, me laissant seule face à Ousmane. Les larmes aux yeux j’attendais. Il dit :-Tu vas t’habiller, mets une jupe courte, un chemisier sexy et un collant noir et des talons hauts ; moi je vais t’attendre au salon, tu as intérêt à te dépêcher grosse pute, je vais m’occuper de ton gros cul. Tu te souviendras longtemps de moi.Je m’exécutai, j’enfilai une culotte blanche, mis un collant, une jupe courte noire, un soutien-gorge assorti à la culotte, un chemisier en voile rose et des escarpins güvenilir casino noirs.Je le rejoignis au salon, il semblait satisfait de ma tenue.-T’es une belle salope, avec un bon maquillage tu feras vraiment vieille pute, mon pote va bien s’amuser avec toi mais en attendant c’est moi qui vais en profiter.Il glissa une main sous ma jupe pour s’assurer que c’était bien un collant que je portais. Il me pelota sans vergogne, malaxa mes seins, mes fesses ; je laissai faire, j’étais totalement inerte, tétanisée à l’idée de ce qu’il allait me faire. Il m’entraina dans la chambre. Un fois arrivés, il ouvrit brutalement mon chemisier, arrachant les boutons, fit jaillir mes seins du soutien-gorge et les mordilla, puis il me jeta sur le lit, me fit mettra à quatre pattes et retroussa ma jupe.-Putain quel cul, avec le collant il fait encore plus gros, j’adore. Je vais t’exploser ton petit trou pouffiasse.Ce disant il saisit le collant à pleines mains et tira, j’entendis un craquement, le collant avait cédé, ma culotte fut aussi arrachée ; j’étais maintenant à sa merci, non consentante mais incapable de résister, tendue, crispée, attendant de subir mon viol. Il se mit à me fesser copieusement, à chaque coup tout mon corps frémissait et je poussai un cri. Il prit le tube de gel lubrifiant sur la table de chevet et me dit : -Bon j’arrête de te faire peur, détends-toi, je ne vais pas te déchirer, je vais bien te préparer puis t’enculer en douceur, tu n’auras pas plus mal que hier soir, tu verras je ne suis pas une brute comme tu le crois.J’étais un peu rassurée mais loin d’être détendue. Il fit de nouveau couler le gel dans ma raie et commença à me travailler l’anus. Comme quelques heures plus tôt il me pénétra progressivement avec ses doigts mais il prit plus de temps ; ça passait effectivement mieux que la première fois.Ça dura longtemps, et à vrai dire ça ne fut pas désagréable, bien au contraire. Quand il estima que j’étais prête il me prit pour de bon, entrant lentement en moi. La douleur, même si elle était présente fut moins vive que je m’y attendais. Il me baisa longuement, il était particulièrement endurant ; je coopérai, cambrant mes fesses autant que je pouvais et haletant de plus en plus fort. Il finit par jouir, je sentis son jus tiède dans mes entrailles. Si de mon côté je n’étais pas parvenue à l’orgasme je sentais que je n’en étais pas loin ; lui aussi avait dû le sentir car tout en restant en moi, il me masturba jusqu’à ce que je jouisse.Il me présenta ses doigts humides et me fit les lécher.-Déguste ton jus, c’est bon, moi je t’ai déjà goutée.Je léchai. Quand il sortit enfin de moi nous nous allongeâmes l’un contre l’autre, son ventre contre mon dos. Il me demanda de serrer mes fesses pour garder son sperme en moi le plus longtemps possible.Il me caressait doucement, m’embrassa dans la nuque. Il pouvait se montrer beaucoup plus tendre que je le pensais. Je lui dis que je regrettai de l’avoir jugé un peu hâtivement, j’avais eu tort de le prendre pour une brute, il me répondit que ce n’était pas grave et que je lui avais donné du plaisir, qu’il avait apprécié d’avoir été le premier que j’accueillais dans mon cul.-Et je suis sûr de ne pas être le dernier, tu vas y prendre gout, tu verras.En quoi il ne se trompait pas, vraiment pas du tout.Au bout de quelques minutes je ne pus plus me retenir et je sentis son sperme couler de mon anus, souillant les draps. Nous restâmes encore quelques minutes enlacées puis nous allâmes prendre une douche.Après la douche nous nous rhabillâmes, je remis des bas noirs, la robe que je portais la veille, je ne mis pas de culotte, deux culottes, un chemisier et un collant avaient déjà été déchirés alors je préférai arrêter les frais là… Pour l’instant du moins.Quand nous retournâmes au salon, Moussa nous attendait, assis sur le canapé, il m’attira à lui, mit ses mains sous ma robe. Il demanda à Ousmane :-Ça s’est bien passé ?-Nickel mon pote, elle est à toi maintenant, je confirme qu’elle a des dispositions coté trou de balle. Je t’ai bien préparé le terrain. Elle est bonne pour le service ta Denise l’enculée…-Denise l’enculée c’est ton nom à partir de maintenant me dit Moussa en rigolant. Ousmane dit qu’il était temps qu’ils s’en aillent, il était presque midi et il avait un rendez-vous. Je les embrassai tendrement et les raccompagnai à leur voiture. Arrivés dans la cour, Moussa dit.-Tu vas encore nous faire une petite gâterie, ils ouvrirent leur braguette et me présentèrent tous deux leur queue.-Je ne me fis pas prier et m’agenouillai sur le gravier, je les branlai simultanément, puis quand ils bandèrent bien je les suçais alternativement, passant goulument de l’un à l’autre, ils ne furent pas longs à jouir. Ils giclèrent tous deux sur mon visage et m’aidèrent à me relever.Mes genoux étaient éraflés par le gravier et les bas déchirés mais j’étais fière de moi, je les avais sucés dehors et même si ma maison était isolée, si une voiture était passée à ce moment-là on aurait pu me voir ; ça avait peut-être été le cas mais j’étais trop absorbée pour m’en rendre compte et ça m’était égal.Avant de monter en voiture Moussa me dit :-Dès que je serai rentré je t’envoie un mail avec mes ordres, en attendant tu vas rester comme tu es, tu n’essuies pas ton visage et tu ne te change pas, comme ça tu garderas un souvenir de nous.Il ajouta :

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

About analsex

Browse Archived Articles by analsex

Related

Sorry. There are no related articles at this time.

Leave a Comment

Your email address will not be published.

maltepe escort ankara escort sakarya escort sakarya escort maraş escort kuşadası escort çanakkale escort muğla escort mersin escort muş escort nevşehir escort elazığ escort erzincan escort erzurum escort izmir escort bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri bursa escort bursa escort porno izle sakarya escort sakarya escort webmaster forum adapazarı travesti porno